Association JOSSH
Association  JOSSH

Stages de perfectionnement de kinésithérapeutes
         au service de Médecine Physique Réadaptation locomotrice et réadaptation Gériatrique                      du CHU de Nantes ( 01- 24 avril 2009)

  • Kinésithérapeute du CHU de Sidi Bel Abbès 

   Mme Berdah Kheira :« J’ai assisté à une matinée de consultations groupées en hémophilie en présence d’un hématologue, d’un chirurgien et d’un rééducateur. La prise en charge globale des patients hémophiles français met en évidence de grosses différences d’avec les hémophiles algériens. J’ai profité de mon stage pour aller m’informer des différentes techniques de rééducation et de prise en charge dans les services de neurologie et d’ergothérapie.

. Ceci ne m’a pas empêché de pouvoir poursuivre la prise en charge en kiné d’autre cas traumatiques. (ligamentoplastie, prothèse totale de genou, prothèse d’épaule etc…). Ceci précise la particularité de ce service. Les séances de kiné sont constituées par deux  prises en charge par jour, une le matin et l’autre l’après midi.

C’est un traitement qui  commence généralement par un drainage, une mobilisation par arthromoteur, un travail statique, et  se termine par une correction de marche entre les barres parallèles. En fin de parcours de cette prise en charge, c’est rendre le patient le plus autonome possible, ensuite le libérer pour qu’il puisse avoir un suivi en kiné libérale pour acquérir les derniers degrés qu’il lui manque.

Aussi il m’a été permis de prendre en charge lors de mon passage dans le service d’une patiente porteuse d’une prothèse de genou alors qu’elle est atteinte de la maladie de Willebrand.

Je voudrais remercier tout particulièrement les Docteurs Faradji et Dauty sans qui cet échange n’aurait pas eu lieu ainsi que les kinés de l’hôpital Saint Jacques pour leur disponibilité ».

  • Kinésithérapeute de l'EHU d'Oran ( 01- 24 avril 2009)

        M.  KHELIFI  Youcef : « Mon souhait  était de voir et de traiter le plus grand nombre possible de patients hémophiles. De part la bonne prise en charge en aval de ces patients, il ne m’a été donné d’en voir que deux. Une patiente Willebrand, et un hémophile sévère, tous les deux pour prise en charge kinésithérapique de prothèse totale de genou.
                                                                     J’ai eu l’occasion avec M. Borel, kinésithérapeute de prendre en charge ces hémophiles et d’autres cas traumatiques, pour perfectionner mes techniques et en apprendre des nouvelles.
Globalement ce stage fut très intéressant, malgré le changement climatique,  social, culturel, le manque de la famille, le mode de vie qui me pesèrent au début de mon stage. Mais dans les  quinze derniers jours je me suis habitué au milieu du travail et même social, j’ai découvert beaucoup de choses dans le travail tant technique qu’organisationnel, et culturel, ainsi que le mode de vie de la famille française.
La prise en charge des hémophiles en France est une prise en charge multidisciplinaire par des hématologues, des rééducateurs, des kinésithérapeutes, des infirmières, des psychologues , des assistants sociaux et bien d’autres, qui fournissent les compétences et les soins nécessaires pour gérer les besoins des patients et améliorer leur santé. Cette prise en charge est précoce. Dans la plupart des cas dans les premiers mois de l’enfance, avec éducation des patients et de leur famille. Donc il y a un traitement préventif primaire par l’administration systématique des facteurs  anti-hémophiliques chez l’enfant avant trois ans par une infirmière libérale, un médecin ou par les parents qui peuvent administrer le traitement à leur enfant à partir de quatre ou cinq ans. Suivi d’un traitement préventif secondaire pour les adultes qui peuvent injecter eux-mêmes les produits qui sont disponibles chez eux  après l’apprentissage et avec un gros suivit au centre d’hématologie tous les six mois  effectivement il y a  moins de dégradation articulaire qui diminue le taux d’hospitalisation.
      Pour les traitements courants, il y a des salles de kiné libérale. Et pour les grosses déficiences, il y a par fois de l’indication chirurgicale qui nécessite l’hospitalisation au niveau du service de médecine physique et réadaptation.
J’aimerais bien créer dans notre service de médecine physique et de réadaptation en Algérie le même mode de fonctionnement et d’organisation par une prise en charge multidisciplinaire, et des séances d’éducation des patients pour leur maladie, et garder ou développer la coordination entre l’équipe médicale et paramédicale avec les équipes administratives  par des moyens techniques ou humains . Donc on pourrait améliorer la qualité de la prise en charge en médecine physique et réadaptation, et des hémophiles spécifiquement en gardant les échanges avec  M. FARADJI (hématologue en France) et l’équipe du service de médecine physique et réadaptation de Nantes.
   

Enfin je veux remercier  le professeur  BELKACEM rééducateur en Algérie , le professeur  TOUHAMI hématologue en Algérie, professeur  FARADJI  hématologue en France ,  M BOREL kinésithérapeute à Nantes en FRANCE , Dr DAUTY  rééducateur à Nantes en FRANCE  et toute l’équipe du service de M.P.R de l’hôpital de Saint Jacques pour leur disponibilité ».   

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Association JOSSH